Le takin est un caprin, tout comme les chèvres. Malgré sa corpulence, il est parfaitement adapté à la vie en montagne grâce à de larges onglons. Il se déplace lentement mais peut sauter avec agilité !

Fiche d'identité

Nom vernaculaire
Takin du Sichuan
Nom scientifique
Budorcas taxicolor tibetana

Taxonomie

Classe
Mammifères
Ordre
Cétartiodactyles
Famille
Bovidés
Sous-famille
Caprinés
Genre
Budorcas
Espèce
taxicolor
Sous-espèce
tibetana

Informations détaillées

Statut UICN
Espèce vulnérable (VU)
Durée de vie
21 ans
Taille et Poids
1,40 m au garrot ; 400 kg maximum
Gestation
6 à 7 mois, 1 petit
Habitat naturel
forêts de bambou et de rhododendrons, entre 2 000 et 4 500 m d’altitude
Régime alimentaire
herbes, feuilles, bourgeons
Région d'origine
Ouest de la Chine, Népal, Bouthan
Programme de conservation
EEP

CONSERVATION

Statut UICN : VU, vulnérable
Les 4 sous-espèces de takins sont protégées mais la déforestation progresse et le braconnage difficilement contrôlable continue… En Chine, où il est considéré comme un emblème national au même titre que le panda géant, deux réserves ont été créées pour sa protection.

MODE DE VIE

Les takins vivent en hardes de 10 à 15 individus, composées de femelles et de leurs jeunes et parfois de quelques mâles. Les plus vieux mâles sont solitaires. Comme chez de nombreux herbivores montagnards, les hardes se dispersent en hiver et descendent de la montagne pour rejoindre les vallées boisées où la nourriture est moins rare. L’été, elles peuvent se regrouper pour former des troupeaux comptant jusqu’à 300 individus.
Bourgeons, feuilles caduques ou persistantes, pousses de bambou, graminées… une centaine de plantes entrent dans leur menu.

SIGNES DISTINCTIFS

Une substance huileuse imperméabilisante qui protège contre la brume et la pluie ; un gros museau avec de grands sinus qui réchauffent l’air froid ; de larges sabots et de longs ergots pour escalader : le takin est un vrai montagnard !

ANECDOTE

Le pelage aux reflets dorés du takin pourrait être la fameuse toison d’or que Jason, héros de la mythologie grecque, partit chercher. On retrouve également le takin dans une légende du Bouthan dont il est l’emblème national : au XVe siècle, un moine aurait donné vie à cet étrange animal en assemblant des os de vache et une tête de chèvre.

Takin (Budorcas taxicolor) © MNHN - Jérôme Munier
Takin (Budorcas taxicolor) © MNHN - FG Grandin

Aller plus loin