Back to top
Squelette du Mammouth de Durfort vu de face © MNHN - P. Lafaite
Squelette du Mammouth de Durfort vu de face © MNHN - P. Lafaite

Mammouth de Durfort

Ce squelette de mammouth, qui domine le troupeau des mammifères fossiles de la galerie de Paléontologie depuis 1898, est le seul du genre monté en France.

Fiche d'identité

Nom vernaculaire
Mammouth de Durfort
Nom scientifique
Mammuthus meridionalis
Numéro d'inventaire
MNHN-F-DUR1022
Dimensions
6,80 × 4,15 × 1,95 m
Origine géographique
– 1 million d’années (Plio-Pléistocène)
Lieu de collecte
Durfort, Gard (France)
Date
1872
Collecteur
Fouilles Cazalis de Fondouce et Ollier de Marichard
Type d’objet
Subfossile

À écouter

Écoutez l'histoire du mammouth de Durfort racontée par Ronan Allain, paléontologue au Muséum.

D'autres histoires fabuleuses sur nos collections sont à retrouver dans Les Curieuses histoires du Muséum, un podcast original co-produit par France Culture et le Muséum national d'Histoire naturelle.

L'incarnation du gigantisme

Le spécimen d’environ un million d’années fut trouvé en 1869 à Durfort, par Paul Cazalis de Fondouce, ingénieur de Centrale, et Jules Ollier de Marichard, archéologue et inspecteur des Monuments historiques, à la suite de travaux de voirie. Partis explorer la grotte « des morts », les deux hommes remarquèrent d’étranges restes : les défenses furent d’abord interprétées comme les canalisations bouchées d’une ancienne fontaine…

Malheureusement, ce fossile qui se décomposait ne put être extrait. Ils eurent le temps de sortir le crâne d’un second spécimen, mieux conservé, avant que la guerre de 1870 n’éclate. Les fouilles reprirent en 1873. Les pièces extraites furent enduites de colophane et de blanc de baleine bouillis pour permettre leur transport ; un tibia restera introuvable. 

Malgré sa taille et ses près de 10 t, il s’agit d’un juvénile. Les mammouths méridionaux sont plus grands que ceux de Sibérie et étaient certainement beaucoup moins velus. Celui-ci mourut embourbé, enfoui dans la vase. 

Le spécimen arriva à Paris en trente et une caisses. Il fut monté dans la « salle de l’éléphant » du laboratoire d’anatomie comparée où Guy de Maupassant put l’admirer, puis dans le hangar d’Albert Gaudry, avant de trouver place en majesté dans la galerie de Paléontologie. 

Christine Argot