Back to top
Atelier de taxidermie © MNHN - Frédéric Dubos
Atelier de taxidermie © MNHN - Frédéric Dubos

Les métiers autour des expositions

Près d’une centaine de personnes interviennent dans la grande galerie de l’évolution, que ce soit pour la naturalisation des spécimens, la médiation auprès du public ou encore la mise en place des expositions temporaires. Des professionnels passionnés vous font découvrir les spécificités de leur métier.

Le concepteur d'exposition

 

Le rôle des concepteurs d’expositions est de construire, avec les commissaires scientifiques et les spécialistes du sujet, le scénario de l’exposition à partir d’une thématique de départ. Ils supervisent ensuite toute la réalisation du projet et coordonnent les nombreux corps de métier qui interviennent pour donner vie à une exposition : scénographes, graphistes, miroitiers, menuisiers…

Rencontre avec Sophie Grisolia

Travaille au Muséum depuis : 1999
Profession : Chef de projet - conceptrice d’expositions

Après une maitrise de physiologie et biologie cellulaire, Sophie Grisolia entame un DEA de muséologie au Muséum national d’Histoire naturelle. Le directeur de la Grande Galerie de l’Évolution de cette époque, Patrick Blandin, la met alors en relation avec la société Yves Rocher qui souhaite ouvrir un musée sur le monde végétal. C’est elle qui conçoit l’exposition permanente du Végétarium. Elle y réalise ensuite des expositions temporelles et monte des animations culturelles et pédagogiques. Après cette expérience très formatrice, elle revient au Muséum en tant que conceptrice d’expositions temporaires. Son travail, bien que différent, y est très enrichissant, à la fois humainement et intellectuellement.

Son métier, très transversal, lui permet de collaborer avec des professionnels de tous horizons, que ce soit des spécialistes d’une question scientifique pointue, ou des artisans qui donnent corps au scénario imaginé pour les expositions. Il lui permet également d’apprendre sans cesse de nouvelles choses. Depuis ses débuts en tant que conceptrice, elle n’a jamais traité deux fois la même thématique. Chaque nouvelle exposition commence par une première étape de recherche et de documentation approfondies. Il est parfois difficile d’assimiler, de trier, de synthétiser et de vulgariser la masse d’informations, souvent complexes, qui en résulte. C’est par la discussion avec les différents intervenants que les décisions sont prises, en favorisant si possible le consensus. Pour Sophie Grisolia, la conception d’expositions est avant tout un formidable travail d’équipe où chacun apporte sa pierre à l’édifice. L’échange, la communication et l’enthousiasme de l’ensemble des personnes impliquées sont les clefs d’une exposition réussie.

Le taxidermiste

 

Redonner une seconde vie à un animal mort, le préparer de façon optimale pour qu’il se conserve le plus longtemps possible, lui faire adopter une posture à la fois artistique et juste sur le plan scientifique, sont les défis que relèvent quotidiennement les taxidermistes. Un métier qui requiert une palette de techniques variées mais complémentaires, et un sens de l’observation naturaliste.

Rencontre avec Christophe Gottini

Travaille au Muséum depuis : 1971
Profession : Taxidermiste

Entré au Muséum pour un contrat d’un an, Christophe Gottini y a finalement fait toute sa carrière. Formé initialement à la taxidermie scientifique par des professionnels expérimentés du Muséum, la rénovation de la Galerie de Zoologie lui a donné l’occasion de se tourner vers la taxidermie muséographique. Mettant à profit son expérience, c’est aujourd’hui lui qui transmet son savoir-faire et forme de nouveaux taxidermistes. Si la première étape consiste à aider ses étudiants à maîtriser les techniques, il cherche ensuite à les inciter à créer leur propre univers et à comprendre que la taxidermie peut aussi être un support d’expression artistique.

En savoir plus sur la taxidermie

À la une