Revenir en haut
Prise de son de Hildegard Westerkamp
Prise de son de Hildegard Westerkamp

Hildegard Westerkamp, l'art du paysage sonore

Rencontre

Samedi 4 juin 2022 à 15 h.

Cette nouvelle séance du cycle « Natures sonores » nous replonge dans trois pièces importantes du répertoire d’une figure incontournable de la musique électro-acoustique, Hildegard Westerkamp, dont l’œuvre circule entre paysage sonore et écologie acoustique.

Horaires

15 h

Publics

À partir de 10 ans

Accessible aux visiteurs à mobilité réduiteAccessible aux visiteurs sourds et malentendants

Accès

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

36 rue Geoffroy Saint-Hilaire
75005 Paris

Séance présentée par Pierre Couprie, professeur de musicologie, directeur du département « Musique et Arts du spectacle » des Universités Évry/Paris-Saclay

En présence de Jérôme Sueur, éco-acousticien et maître de conférence (MNHN).

BENEATH THE FOREST FLOOR (1992 - 17 min)

Beneath the Forest Floor est une pièce composée de sons enregistrés dans les forêts anciennes de la côte ouest de la Colombie-Britannique. Elle nous fait passer de la forêt visible au monde de l'ombre, à son esprit, à ce qui affecte notre corps, notre cœur et notre âme lorsque nous découvrons la forêt.

La plupart des sons de cette composition ont été enregistrés dans un endroit spécifique, la vallée de Carmanah sur l'île de Vancouver. Cette ancienne forêt pluviale contient certains des plus grands épicéas de Sitka connus dans le monde et des cèdres qui ont bien plus de mille ans. Son calme est immense, seulement ponctué occasionnellement par les sons de petits oiseaux chanteurs, de corbeaux et de geais, d’écureuils, de mouches et de moustiques. Bien que la crique de Carmanah soit continuellement baignée de sons, ils ne perturbent jamais la quiétude du lieu. Ils se fondent dans le silence de la forêt au fur et à mesure que le sentier serpente dans les clairières près du ruisseau. Quelques jours dans le Carmanah apportent une profonde paix intérieure – probablement transmise par les arbres qui sont au même endroit depuis des centaines d'années.

Beneath the Forest Floor nous invite à expérimenter cette quiétude dans un espace en dehors du temps. Mais elle invite aussi les auditeurs à visiter un endroit comme le Carmanah, dont la moitié a déjà été détruite par des exploitations forestières. Au-delà de l'expérience de son immense tranquillité, une visite procure une connaissance très concrète de ce qui se perdra si ces forêts disparaissent : non seulement les arbres, mais aussi l’espace intérieur qu'ils nous transmettent : un sentiment d'équilibre et de concentration, d'énergie nouvelle et de vie. La forêt intérieure, notre forêt intérieure. 

CRICKET VOICE (1996 - 11 min)

Cricket Voice explore musicalement le chant d’un grillon enregistré dans le calme d'une région désertique mexicaine appelée la « Zone du silence ». Le calme du désert révèle une telle clarté acoustique que le chant nocturne de ce criquet – chanté par coïncidence tout près de mon micro – est devenu l'« objet sonore » idéal pour cette composition sur bande. Ralenti, il sonne comme le battement de cœur du désert, dans sa vitesse originale il chante comme les étoiles.

Le calme du désert a également suscité la création d’autres sons. Les sons percussifs de Cricket Voice ont été créés en « jouant » sur des plantes du désert : sur les pointes de divers cactus, sur des racines et des feuilles de palmier séchées et en explorant les résonances des ruines d'un ancien réservoir d'eau. 

TALKING RAIN (1998 - 17 min)

Talking Rain est composée de sons de pluie enregistrés sur la côte ouest de la Colombie-Britannique au Canada. Je vous parle de cet endroit à travers ces sons. La côte pluviale. Un endroit luxuriant et vert. C'est la pluie qui l'a rendu ainsi. Nourri par la pluie, la pluie qui donne la vie. Dans Talking Rain, l'oreille voyage dans les créations sonores de la pluie, à l'intérieur de ce lieu nourricier, mais aussi à l'extérieur, dans le langage liquide et aqueux des animaux, des forêts et des habitations humaines qui se nourrissent tous de la pluie. 

Textes (c) Hildegard Westerkamp (trad. : Pierre Couprie)

BIOGRAPHIE

Hildegard Westerkamp est née en Allemagne à Osnabrück. Dans sa jeunesse, elle étudie le piano et la flûte et s’installe au Canada en 1968 où elle découvre la musique électronique. Elle commence la composition électroacoustique en manipulant simplement des enregistrements de musiques classiques. Dès 1972, elle commence ses enregistrements de paysages sonores pour le World Soundscape Project (WSP) de Murray Schafer. À partir de la fin des années 1970, Hildegard Westerkamp, avec Barry Truax, impulse une direction créative au WSP et la compositrice deviendra une des premières à pratiquer la ballade sonore (soundwalking) et la composition de paysage sonore (soundscape composition) associée à l’écologie acoustique. Hildegard Westerkamp a composé à ce jour une quarantaine d’œuvres électroacoustique, d’installations et de musiques de film.

Samedi 4 juin 2022 à 15 h.