Back to top
Selenicereus testudo © Patrick Blanc
Selenicereus testudo © Patrick Blanc
Exposition

Automne Tropical

À venir

Du mercredi 20 octobre au lundi 15 novembre 2021

Découvrez « Automne tropical », le nouveau rendez-vous annuel des Grandes Serres du Jardin des Plantes ! Le thème de cette première édition ? « Plantes épiphytes, une vie perchée dans les arbres. »

Horaires

Du 20 octobre au 30 octobre :
de 10 h à 18 h.
Du 31 octobre au 15 novembre :
de 10 h à 17 h.

Dernier accès aux caisses 45 minutes avant la fermeture.

Publics

Tout public

Accessible aux visiteurs à mobilité réduite

Accès

Grandes serres

Jardin des plantes

Tarifs

Payant

5 à 7 €

L’exposition

Ce nouveau rendez-vous annuel « Automne tropical » met à l’honneur la diversité du monde végétal dans les Grandes Serres du Jardin des Plantes. Pour cette 1ère édition, découvrez la végétation perchée sur les arbres : les épiphytes.

Plus de 500 plantes d’une centaine d’espèces vont être installées sur des troncs ou des structures et enrichir le parcours de visite.

Une boutique éphémère ouvrira dans les serres pour permettre aux visiteurs d’acquérir ces plantes surprenantes.

Les exposants

L’exposition présentera des espèces conservées par le Muséum dans les serres de l’Arboretum de Versailles-Chèvreloup. Vous découvrirez également les spécimens des pépinières Tillandsia Prod et Les Orchidées du Val d’Yerres.

Tillandsia multicaulis © Patrick Blanc
Tillandsia multicaulis © Patrick Blanc

Un monde perché

Les épiphytes vivent perchées sur les arbres sans les parasiter. Elles se développent sur un autre végétal comme un tronc, une branche ou même une feuille d’arbre, sans lien avec le sol.

Ce mode de vie leur permet :

  • de bénéficier d’un accès direct à la lumière du soleil ;
  • d’échapper à la concurrence de la végétation du sous-bois ;
  • l’accès à un plus grand nombre de pollinisateurs ;
  • la dispersion des graines grâce au vent.

Les forêts tropicales humides sont les plus riches en épiphytes, mais on en trouve aussi dans d’autres milieux, comme les forêts tempérées humides ou les forêts tropicales sèches. En France nous avons : les mousses, les lichens, et même des fougères.

Vriesea sp. © Patrick Blanc
Vriesea sp. © Patrick Blanc

Loin des yeux, loin du sol

Le défi des plantes épiphytes est de se nourrir loin du sol. Leur vie est conditionnée par un apport d’eau intermittent et un approvisionnement en matières minérales aléatoire.

Dans cette vidéo, Marc-André Selosse, botaniste et professeur au Muséum, explique comment les épiphytes s’alimentent.

D’air et d’eau fraîche

Même au sein des forêts tropicales baignées dans une atmosphère saturée d’humidité, les plantes épiphytes doivent composer avec des périodes sans pluie et les aléas extrêmes de leur environnement comme l’exposition directe au soleil ou les rafales de vent desséchant.

Ne pouvant atteindre le sol, elles captent l'humidité atmosphérique et les éléments minéraux par des racines aériennes ou leur feuillage et constituent des réserves d’eau de pluie dans des réservoirs ou des organes de stockage : tiges charnues, feuilles succulentes...

Plus d’explications en vidéo avec Marc-André Selosse, botaniste et professeur au Muséum.

Les œuvres de passionnés

Botaniste et chercheur au CNRS, Patrick Blanc est l’inventeur du mur végétal. Depuis plus de 30 ans, il crée des jardins verticaux sur les parois des villes du monde entier, de Singapour à Sydney en passant par San Francisco. Ce grand expert des sous-bois tropicaux a mis à disposition sa photothèque spécialisée pour accompagner toute l’exposition.

Jardinier star d’Instagram et grand amoureux du Jardin des Plantes, Corentin Pfeiffer a accepté de faire une installation végétale à l’entrée de l’exposition. Il vient de sortir un livre aux éditions Larousse « Des pots, des plantes et un beau jardin » pour tout savoir sur la création d’une jungle urbaine ou d’un petit coin de verdure.

Platycerium holttumii © Patrick Blanc
Platycerium holttumii © Patrick Blanc