Cette exposition est terminée

Du 3 octobre 2019 au 6 janvier 2020

Pour la première fois une trentaine d'oeuvres de François Chapelain-Midy sont exposées à Paris, dans les Grandes Serres du Jardin des Plantes.

Horaires

Terminé

FERMETURE EXCEPTIONNELLE DU VENDREDI 7 AU DIMANCHE 9 AOÛT 2020

En raison des fortes chaleurs. Merci de votre compréhension.

Ouvert tous les jours sauf les mardis

10 h - 18 h

Dernier accès aux caisses 45 minutes avant la fermeture.

Publics

Dès 8 ans

Accessible to visitors with reduced mobilityAccessible to blind and visually-impaired visitorsAccessible to deaf and hearing-impaired visitors

Accès

Grandes serres du Jardin des Plantes

Accès par le Jardin des Plantes
57 et 47 rue Cuvier
2, 10, 18 rue Buffon
36, 38 et 40 rue Geoffroy Saint-Hilaire
Place Valhubert
75005 Paris

Tarifs

billets en ligne, MÊME POUR LES BILLETS GRATUITS

De 5 € à 7 €

Réparties dans les quatre serres du jardin, les sculptures se révèlent au détour d’une allée, entre les feuillages ou trônant au milieu d’un massif.

Laissez-vous tenter par une promenade en quête du bestiaire poétique de François Chapelain-Midy évoquant les coléoptères, hannetons, scarabées, criquets et cerfs-volants en bronze ciselés et patinés allant du brun aux verts, de forme très variées, la plus grande allant jusqu’à 2m50 et quelques centimètres pour les plus petites.

Formé à l’Ecole Boulle, François Chapelain-Midy (1937-2007) est un plasticien qui a pratiqué la taxidermie, la restauration et le soclage de minéraux et d’art primitif. Il a ensuite travaillé comme décorateur pour le théâtre et les musées. En parallèle, ce dernier a développé une œuvre sculptée largement inspirée de la nature et en particulier des insectes. Présenter certaines de ses plus belles pièces au Jardin des Plantes de Paris sonnait donc comme une évidence. Ces insectes rêvés figés dans le bronze énumèrent un bestiaire entomologique à la fois ciselé et patiné. Ce sont des êtres stylisés, agrandis, adoucis par la matière qui évoque le cuir ou l’ébène pour prendre l’allure de pièces d’orfèvrerie. Ardent défenseur de la nature, Chapelain-Midy lui rend ici un vibrant hommage tout en questionnant la place de l’homme en son sein : « l’Homme se prend pour un être supérieur, il faut le remettre à sa place ».
 

Attention : les sacs à dos, sacs de voyage et sacs de sport sont interdits dans l'exposition.