Actuellement

Tous les jours, sauf mardis

Ils ne parlent pas mais disent tout de la vie. Ce sont les 7 000 spécimens, plus vrais que nature, de la Grande Galerie de l’Évolution. Un lieu mythique rénové en 1994, où la modernité tutoie l’histoire et la science, pour conter la grande aventure de la biodiversité.

Horaires

Fermé aujourd'hui

Ouvert tous les jours

de 10 h à 18 h, sauf les mardis

Publics

Dès 1 an

Accès

Grande Galerie de l’Évolution

36 rue Geoffroy Saint-Hilaire
75005 Paris

Tarifs

De 7 € à 14 €

La Grande Galerie de l'Évolution

Plongée en apnée !

Au rez-de-chaussée, deux squelettes de mammifères marins vous accueillent : baleine australe et rorqual bleu sont gigantesques. Plus loin, c’est Wheke, le calmar géant, qui déploie ses tentacules. Autour de vous se faufilent bancs de thons et de maquereaux. Vous êtes entré dans le monde du silence. Voyez comme la vie s’épanouit dans l’obscurité des abysses, de quelle façon sont construits les récifs coralliens, comment les espèces du littoral vivent au rythme des marées et de la lumière.

Wheke le calmar géant, Grande Galerie de l'Évolution © MNHN - Bernard Faye
Wheke le calmar géant, Grande Galerie de l'Évolution © MNHN - Bernard Faye
Caravane africaine, Grande Galerie de l'Évolution © MNHN - Agnès Iatzoura
Caravane africaine, Grande Galerie de l'Évolution © MNHN - Agnès Iatzoura

D’une terre à l’autre

Les espèces terrestres s’adaptent aussi. Au premier niveau, l’éléphant conduit la caravane des animaux de la savane africaine. Les gros mammifères et leurs prédateurs s’emboîtent le pas. Des buffles, bubales, gnous, girafes et zèbres, des hyènes, lycaons, lions et guépards : devinez qui mange qui.
Après la savane, direction l’Amérique du Sud. Parmi les locataires de la haute sculpture métallique qui reproduit l’étagement de la forêt tropicale, vous les reconnaîtrez peut-être : en bas, les tapir, tamanoir, tatou, anaconda et jaguar ; plus haut, les paresseux, le ara bleu ou le chat margay.
Sous d’autres latitudes, tout semble distinguer la faune saharienne (dromadaire, gazelle et renard des sables) de celle de l’Arctique ou de l’Antarctique (ours blanc, manchot empereur et phoque du Groenland). Excepté leurs conditions de vie extrêmes !

Vue sur la caravane africaine © MNHN - Bernard Faye
Vue sur la caravane africaine © MNHN - Bernard Faye

L’aventure de l’évolution

Aux balcons supérieurs, vous en saurez plus sur la diversité des espèces. Comment ? En cernant l’histoire des organismes vivants et l’aventure des naturalistes qui l’ont décryptée. C’est le moment de vous pencher sur les secrets dévoilés par l’anatomie, les fossiles et les molécules. Faites connaissance avec Lamarck, Darwin, Mendel. Découvrez des notions essentielles pour comprendre la vie : théorie de l’évolution, lois génétiques, liens de parenté ou encore classification des espèces…

Espace historique - Grande Galerie de l'Évolution © MNHN - Bernard Faye
Espace historique - Grande Galerie de l'Évolution © MNHN - Bernard Faye
La ferme de la domestication © MNHN - Agnès Iatzoura
La ferme de la domestication © MNHN - Agnès Iatzoura

Et l’homme dans tout cela ?

Son emprise sur la nature est rythmée par des évolutions techniques modifiant sa façon de se nourrir ou de se déplacer : cueillette, chasse, pêche, domestication des espèces, modification des paysages, pollutions… Dès son apparition, les changements se mesurent d’ailleurs en dizaines d’années et non plus à l’échelle géologique. Le deuxième niveau de la Grande Galerie de l’Évolution vous interpelle ainsi sur la préservation de la nature.
Ce questionnement se poursuit dans l’une des salles les plus émouvantes : celle des espèces menacées ou disparues. Le dodo de l’île Maurice n’est plus, mais le tigre de Sumatra peut encore être sauvé…

Un lieu mythique

La Grande Galerie aussi a connu de nombreuses évolutions. Aujourd’hui, la magie du lieu créé par Jules André en 1889 reste intacte : un hall immense cerné de trois balcons éclairés par une verrière de 1 000 m². Témoins de l’architecture métallique, la fonte et le verre mélangés aux boiseries se combinent à de nouveaux matériaux, pour mieux valoriser des collections entièrement restaurées.

La révolution muséologique

Pour sa réouverture en 1994, la Grande Galerie de l’Évolution a connu de vraies transformations. Rénové par les architectes et scénographe Borja Huidobro, Paul Chemetov et René Allio, l’espace est grandiose et chargé d’émotion. Et avec une approche muséologique entièrement repensée, les collections portent désormais un message essentiel. La diversité résulte de la longue évolution des organismes vivants dans une multiplicité de milieux qu’il nous appartient de préserver. Vous aurez sûrement cette idée en tête après la visite. N’oubliez pas de la relayer en sortant…

Visitez la Galerie avec des enfants

Des espaces pour les très jeunes enfants

Autour de trois espèces, le Narval, le Dodo et la Tortue géante des Seychelles, des espaces ont été adaptés pour les jeunes enfants accompagnés de leurs parents pour susciter curiosité et émotion et apporter aussi des informations scientifiques.

Le narval

Le magnifique spécimen de la collection du duc d’Orléans arbore fièrement sa défense. Cette curieuse incisive a longtemps été prise pour la corne de la mythique licorne. Il est chassé traditionnellement au harpon par les Inuits qui utilisent les différentes parties de son corps. Dans cet espace, les enfants peuvent se mesurer à une reproduction de sa défense ou bien encore s’installer dans un igloo pour découvrir le conte inuit L’orphelin aveugle ou la légende du narval.

Le dodo

À l’entrée de la salle des espèces disparues, une mise en perspective de trois reconstitutions de cette espèce : une sculpture du XIXe siècle, l’impression 3D du squelette et une chimère, nous rappelle qu’il n’existe pas de spécimen naturalisé de cette espèce. La sculpture prend la parole et raconte en quelques minutes la triste histoire de cet oiseau disparu quelques dizaines d’années après sa découverte. Le dodo est ainsi devenu l’emblème de ces espèces victimes de l’homme, comme le racontent aux enfants des fiches-jeux et un petit théâtre animé.

Kiki, la tortue géante des Seychelles

Né vers 1873, Kiki, l’un des animaux emblématiques de la Ménagerie du Jardin des Plantes, s’est paisiblement éteint en 2009. Il a été naturalisé par l’équipe de taxidermie du Muséum. Des objets originaux, des vidéos et des photos, illustrent sa vie à la Ménagerie et les actions mises en place pour protéger cette espèce menacée par les activités humaines. Une série de jeux et un "cabinet de curiosité" à hauteur des enfants permettent, par un ensemble de dispositifs de découverte, tiroirs, vitrines… de pénétrer dans le monde de ces animaux attachants.

    Jouer et découvrir

    Des bornes interactives tout au long du parcours permanent, des fiches jeux à retirer à l’accueil ou à télécharger, des médiateurs dans l’exposition pour vous faire découvrir ce que cachent leurs chariots.

    Des médiateurs dans l’exposition
    Une question, une difficulté ? On peut interroger des médiateurs scientifiques lorsqu’ils sont présents dans les expositions temporaires et permanentes, notamment pendant les vacances scolaires. Ils réalisent aussi de petites animations à l’aide d’un matériel léger préparé sur des chariots mobiles.

    Des fiches-jeux
    Des petites questions pour partir à la découverte des richesses de la Grande Galerie de l’Évolution.

    Des bornes interactives pour découvrir sur un mode ludique :

    • les adaptations qui permettent à l’anémone de mer de vivre au rythme des marées, à l’ours polaire de combattre le froid ou à la girafe de se nourrir au gré des saisons de la savane
    • la classification moderne en construisant les arbres phylogénétiques et s’apercevoir que les plus proches parents ne sont pas toujours ceux que l’on pense
    • la démarche scientifique qui permet aux biologistes de comprendre l’évolution
    • l’histoire des marsupiaux à travers les continents
    • la grive chassant l’escargot et être un acteur de la sélection naturelle
    • la domestication des plantes et des animaux
    • l’enquête autour du sanglier corse !
    • les changements climatiques

    Vos avis

    Avis Civiliz