Back to top
Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) © Dieter76 - stock.adobe.com
Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) © Dieter76 - stock.adobe.com

À quoi sert le baguage des oiseaux ?

Sciences participatives

Utilisé depuis plus d’un siècle, le baguage est une méthode scientifique d’étude du devenir des oiseaux, aidant à répondre à des questions telles que : où vont-ils ? Lesquels survivent ? Lesquels se reproduisent ? Professionnels et bénévoles peuvent participer à ces études, à condition d’être dûment formés.

Qu’est-ce que le baguage des oiseaux ?

Comme son nom le laisse entendre, le baguage consiste à poser un anneau en métal (aluminium, acier ou monel) sur la patte de l’oiseau, plus précisément sur le tarse ou le tibia. Sur l’anneau sont gravés le code de sa centrale de baguage, qui a supervisé l’opération, et un numéro unique, l’identifiant de l’oiseau. Chaque pays dispose d’une centrale de baguage. En France, c’est le Muséum national d’Histoire naturelle qui assume ce rôle. Le système de baguage, lui, est international.

Les anneaux posés sur les oiseaux sont très légers. Ils pèsent environ 30 milligrammes pour les plus petits oiseaux (15 à 20 g), soit moins de 0,2 % de son poids. Cela équivaut à un poids de 120 g pour un humain de 60 kg.

Pose d'une bague sur la patte d'un Troglodyte mignon © MNHN - A. Iatzoura

À quoi sert le baguage ?

Le baguage est la principale méthode pour suivre les oiseaux dans leur environnement naturel. Il permet d’étudier les mouvements des populations, leur évolution démographique, leurs voies de migration, leurs zones de nidification et celles d’hivernage, ainsi que leur longévité. Pour cela, quand les oiseaux bagués sont recapturés ou lorsqu’ils sont retrouvés morts, les informations (espèce, sexe, âge, mensurations, lieu de la capture…) sont communiquées à la centrale qui les fait suivre aux scientifiques étudiant l’espèce.

Le baguage est aujourd’hui utilisé dans treize programmes scientifiques portés par le Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d’Oiseaux (CRBPO) du Muséum, ainsi que dans 150 programmes portés par d’autres organismes en France. Toutes les espèces d’oiseaux peuvent ainsi être suivies. Le baguage a notamment permis de constater qu’avec le changement climatique, certaines espèces se sont arrêtées de migrer, alors que d’autres migrent plus tôt que par le passé.

De nos jours, l’étude des migrations des oiseaux est complétée par un système de marquage électronique permettant la géolocalisation à distance des oiseaux marqués.

Lire l'article en intégralité